Google+ Margaud cuisine mais préfère dîner en ville: Je déteste l'ambulance

dimanche 21 mai 2017

Je déteste l'ambulance

Mais encore plus ceux qui tirent dessus.

La politique est faîte de victoires qui sont suivies de défaites. Le parti socialiste vient de se prendre une première chute. La seconde qui vient va lui couper les deux pattes.

Meurtri par le quinquennat, cabossé par la primaire, il est accusé de tous les maux par une vraie gauche. C'est la gauche lyrique de Taubira à Mélenchon. Cette gauche est celle des victoires de petits bras. Jamais elle n'a cherché à gouverner. Elle n'a que faire d'avoir à construire des coalitions même dans les assemblées territoriales. Elle est une gauche de déni.

La meilleure preuve est dans son bras d'honneur envers les communistes. Alliés malgré eux, les voilà cocufiés une nouvelle fois.

On peut faire de la politique sans se renier. On peut s'entendre pour le meilleur. On peut faire des efforts sans avoir à rougir. On peut choisir de ne pas mentir aux électeurs.

Peuple de gauche qui se targe de combattre le populisme de l'extrême droite, pourquoi t'essuies-tu dans la morve d'un tribun ?

1 commentaire:

Troll un jour, troll toujours ?
allez fais un geste, cher anonyme,
trouve-toi au moins un pseudo !